“Qu’est-ce qui est nécessaire pour le jardinage hydroponique -Qu’est-ce que le système de culture hydroponique”

Lorsque vous faites vos nutriments vous-même, vous êtes sûr d’utiliser les nutriments organiques purs. Avec les engrais hydroponiques commerciales, vous ne pouvez pas toujours être sûr de la qualité des nutriments. Il existe trois principaux nutriments toutes les plantes ont besoin: l’azote, le phosphore et le potassium. Il existe un 10 éléments supplémentaires nécessaires en nutriments hydroponiques: soufre, de magnésium, de calcium, de fer, de manganèse, de zinc, de cuivre, de chlore, de bore et de molybdène. Nutriments doivent être dans des proportions convenables pour croître avec le maintien des niveaux de pH appropriés.

*Goutte à goutte : Le système est constitué de 2 bacs. Le premier bac contient la solution, le second contient le substrat (bille d’argile, coco…) et les plantes. Une pompe, à eau ou à air, amène la solution à la surface du substrat. La solution s’écoule par le biais de gouteurs ou d’un anneau percé. La solution, va ainsi arroser les racines puis retomber dans le premier bac, et ainsi de suite.

Pour votre compost, ça dépend aussi de votre façon de faire et des apports. Pour avoir un bon compost, ça peut varier de 4 à 12 mois. Normalement si votre compost est en contact direct avec le sol, vous n’avez pas à y apporter quoi que ce soit (mise à part les ingrédient à décomposer). Les micro-organismes y viendront d’eux même (même les vers).

bjr Christian, je suis en Cote d’Ivoire et le climat est chaud humide. j’ai entrepris de cultiver du poivron, de la tomate, des aubergines, du gombo… en hors sol dans un substrat composé de sciure et de poudre de bois ramassées dans une menuserie. j’aimerais savoir si ce melange pourrais etre un bon substrat pour mes culture sinon que devrais-je faire. j’aimerais aussi savoir si la sciure de certaines espèces d’arbre pourraient etre toxique pour les plantes ou presentés des dangers pour les personnes qui consommeront les fruits en provenance de leur culture.

Je te remerci pour le conseille contre les sauterel. Je ferai pilé de la feuille de neem que j’arroserais sur tout le parterre et en suite je ferai piler de l’ail et du piment fort disoude dans de l’eau tiède. Une foie refroidir, je pulvériserais sur les plantes comme Christian a dit. Je fais une culture de tomate en plain terre, je ne pourai tout couvrir de filet.

Mélanger la solution nutritive selon les instructions sur la bouteille. Vous pouvez utiliser un arrosoir pour verser la solution dans votre jardin hydroponique. Selon le Service de l’Alabama Cooperative Extension vous aurez besoin pour nourrir vos plantes environ trois fois par jour et pouvez réutiliser la solution qui draine dans le seau pendant 10-14 jours.

Faire tremper et germer des graines dans un pot Mason est une façon facile d’obtenir des germinations d’une grande qualité nutritive. Voici la recette vitalité, riche en protéines et enzymes, de la famille Sainte-Marie : un mélange à parts égales de graines de radis, de trèfle, de brocoli et de luzerne. Recouvrir d’eau et laisser tremper cinq heures dans un endroit sombre. Couvrir l’ouverture du pot d’une moustiquaire en plastique et jeter l’eau de trempage. Rincer deux fois par jour les graines et laisser égoutter à 45 degrés. Manger quand les racines atteignent entre 1 et 4 centimètres : dans les salades, vinaigrettes, soupes, sauce à spaghetti, sandwichs, etc.

Pas de jardin, ni d’envie de pots de terre dans l’appart? La solution, c’est l’hydroponie,c’est-à-dire culture dans l’eau. C’est une technique vieille comme le monde  mais qui a été remise à la mode par le courant “windowfarm”* ou culture de fenêtre, aux Etats-unis, pour permettre à ceux qui habitent dans des gratte-ciel de pouvoir eux aussi cultiver leurs petits légumes.

L’hydroponique concerne un très large public : les simples amoureux, les collectionneurs, privés ou pépiniéristes, les serristes, de petite, moyenne ou grande surface. A ceux-ci, s’ajoutent les centres de recherche les plus divers, les écoles, associations. En bref, tous les passionnés de plantes.

Habituellement, si l’on désire faire pousser un peu de cannabis, c’est dans l’unique intention que de satisfaire sa propre consommation personnelle, à soi et ses copains. Qui plus est, si l’on désire se diriger vers l’hydroponie active, c’est que l’on désire un petit-petit jardin intérieur. Même que la plupart du temps, seul un petit garde-robe est tout l’espace qui peut être consacré à une serre hydroponique dans la maison, ou l’appartement.

Une fois les graines sur les mottes, gardez celles-ci humides. Il est très important que les mottes ne se dessèchent pas. Si c’était le cas, les graines ne germeraient pas et les plantes mourraient. La boîte contient assez d’eau pour les garder humides pendant une semaine si la température ne dépasse pas 20 °C. S’il fait plus de 20 °C, vérifiez régulièrement le niveau de l’eau, car celle-ci s’évaporera plus vite. Extrayez une des mottes de la boîte et regardez dans l’alvéole pour voir si le niveau de l’eau est suffisamment haut pour atteindre la motte.

Chez certaines plantes, il arrive, quand elles sont cultivées sur un substrat tel que des mottes pour semis, que les 2 premières feuilles restent coincées dans l’enveloppe de la graine. Pour éviter ce problème, avec la blette ou la coriandre notamment, semez directement dans les billes de pierre ponce et recouvrez la graine de 1 cm de billes. Les billes retiendront l’enveloppe tandis que les pousses sortiront.

Blog suivant l’évolution de 3 jardins du Québec au cours des saisons et des apprentissage de leurs jardiniers respectifs. Ces jardins évoluent selon les principes de Permaculture, Polyculture et Auto-Suffisance au fil de nos expériences et au meilleur de nos capacités.

• Mettre la moitié de la quantité suggérée de Miracle grandissent dans une bouteille ou un bol. Mélanger la quantité totale d’eau suggéré pour produire une solution diluée deux fois. Mélange bien à combiner l’eau et le Miracle se développer complètement. Tom Alexander, rédacteur en chef de “The Growing Edge présente… Solutions hydroponiques,”publiées en 2004, recommande cette dilution ; Miracle Grow n’aborde pas à l’aide de leur nourriture de la plante en culture hydroponique sur leur site Web.

Si vous aimez passer du temps à l’extérieur, surtout à la maison, la décoration de vos espaces extérieurs les fait se sentir encore plus confortable et accueillant. Plutôt que de souffler le budget sur les articles neufs de décoration qui sera utilis… Read More

Mint (Mentha spp.) Est une plante vivace qui pousse bien difficile dans US Department of Agriculture de plantes des zones de rusticité 3 à 9. En fait, il pousse si bien que cela prendra plus de votre jardin si on leur donne une chance. Une façon de p

La méthode hydroponique passive, mise au point par B.A étonne du fait qu’elle va à l’encontre des pratiques courantes utilisées en hydroculture moderne. En fait, les racines des végétaux ont besoin d’oxygène pour survivre, au même titre que le feuillage des parties aériennes. Faites simplement l’expérience d’immerger complètement le pot d’une plante de maison dans un bac d’eau et vous verrez que dans quelques jours elle va commencer à dépérir, pour finalement rendre l’âme. Trop d’eau ? Non, asphyxie par manque d’oxygène. Dans la nature, ou en culture classique dans un terreau, le sol emmagasine les éléments nutritifs et sa porosité permet de laisser passer l’eau et l’oxygène de l’atmosphère vers les racines.

Par contre, les betteraves sont des plantes bisannuelles. Elles développent leur racine ronde et leurs feuilles durant la première année, puis leurs fleurs et donc leurs graines durant la 2e année. Mais la racine doit être récoltée durant la 1e année pour être bonne à manger. Or, en faisant cette récolte, on tue la plante. Donc, il faut choisir entre la manger ou récolter ses graines.

On installe un système simple, comme une gouttière sur le comptoir avec un néon horticole fixé sous l’armoire ou un support mural Envirozone. On se limite aux fines herbes et aux légumes-feuilles. On s’assure d’avoir les bons outils et les bons produits (lampes, ciseaux, arrosoir, terreau, engrais…). Un hygromètre et un thermomètre sont utiles. « Il ne faut pas s’attendre à avoir une production dans les deux premières semaines, dit Nicolas Sainte-Marie. À compter de la troisième semaine, on en a pour trois ou quatre mois, et même une année. »

La culture hydroponique l’agriculture est très populaire dans de nombreux domaines. Les cultures peuvent être cultivées dans des zones de sols contaminés et où les ressources sont insuffisantes pour soutenir l’agriculture conventionnelle. Hydroponiqu     More..

Comme on m’a demandé s’il serait possible d’obtenir une seconde récolte avec le même plant, eh bien la réponse est oui. Il faudra par contre rajouter de la solution puisque, après 6 semaines, elle sera presque épuisée. Comme on ne peut remplir à nouveau le contenant, il sera préférable de transférer le plant sur un autre contenant deux fois plus gros,  comme le démontre la photo ci-dessous. Le contenant transparent rouge, c’était juste pour la photo. Toujours un contenant opaque. –Ouf ! cette laitue est vraiment due pour être coupée–

Pour se développer la plante a besoin d’un support, il faut que ses racines soient protégé de la lumières et quelles puisent respirer. Le substrat est dit inerte lorsqu’il ne réagit pas avec une autre substance. (Ce n’est pas le cas de la laine de roche)

Posted in Agriculture naturelle, agriculture urbaine, Air-pot, autonomie alimentaire, écologie urbaine, Community gardens, Conseils pratiques, Jardins partagés, Permaculture, potager urbain, tagged agrlculture urbaine, AIR POT, Air-Pot, alternatives, auto-suffisance, écologie urbaine, balcons, composteur, culture hors sol, jardinage hors sol, jardinier, jardins, lien social, potager, potagers on juin 4, 2011| 1 Comment »

Tout y est réglé automatiquement : température de l’atmosphère et température de la solution nutritive, dosage et périodicité de la lumière, apport de l’eau et des nutriments, réglage du pH et de la conductivité électrique, extraction et intraction. Il suffit de le raccorder à l’eau et à l’électricité et de régler la programmation. Il est conçu pour donner une récolte maximale sous un volume restreint.

Le procédé se veut écologique de A à Z. D’abord, grâce aux 90 à 95% d’économie d’eau qu’il permet. Au lieu des 100 m³ d’eau nécessaires pour produire un kilo de poisson en aquaculture, il n’en faut que 7 en aquaponie, tout en produisant des légumes. Merveilleux, non ?

Les cultures hydroponiques ne peuvent pas être “bio” au sens réglementaire du terme. En effet, le règlement européen de l’agriculture biologique (RCE 889/08) précise que le lien au sol est obligatoire dans le cadre d’une production bio : les plantes doivent être essentiellement nourries par l’écosystème du sol. Même chose pour toutes les AOC, AOP et autres IGP : sans lien au sol, pas de notion de terroir. La lentille du Puy ou le piment d’Espelette version hydroponique, ce n’est pas au programme !

Une aquaculture hydroponique est une spécialisation d’une aquaculture intégrée à la production hydroponique de cultures végétales; l’aquaculture leur fournit les éléments nutritifs. L’aquaculture hydroponique est la base essentielle de l’aquaponie, une forme d’aquaculture intégrée.

Enfin, les jardiniers amateurs des Etats-Unis (Californie, Floride) ont adaptés les systèmes hydroponiques destinés à la recherche et à l’horticulture professionnelle à leurs besoins. La culture hydroponique est en plein essort.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *